En direct live : échauffourée autour d’une carcasse !

Salutations les aminches,

Aujourd’hui, c’est ravio… euh, non c’est compte-rendu. Pour cela, je laisse la parole à mon envoyé spécial sur le terrain, Billy Boy (oui, j’ai un sidekick. Si ça, c’est pas la classe…;) ) en direct live de Lavalis 53.

 » Eh oui, ici Billy Boy en direct live du trou le plus paumé de la galaxie, la planète rurale Lavalis 53, plus connue pour ses laitières et ses rombières, que pour sa vie nocturne. Toujours est-il que c’est pourtant ici, que Cogs et Karmans ont décidé de s’affronter aujourd’hui, pour le plus grand plaisir de nos internautes et cela en 2vs2.

Le motif, me direz-vous ? Question légitime, car comme le dirait un certain Obélix d’Armorique « Moi, j’aime bien savoir pourquoi on se bat ! » Il semblerait donc, que nos Grands gris et nos fumeurs de havane se soient dérouillés pour récupérer la vieille carcasse d’un Baal Golgoth délaissée dans une friche industrielle locale quelconque. La bande des Clones aurait décidé d’y récupérer des technologies therianes, les Gogos auraient reçu l’ordre de leurs métalliques patrons d’empêcher cela à tout prix. Tout cela est cependant à prendre au conditionnel, car entre le mutisme des Gris et les commentaires sous pétard des Embrumés, vous vous doutez bien qu’on ne dispose finalement pas de source fiable.

Toujours est-il qu’ils se donc tous retrouvés autour de la carcasse sus-mentionnée et que ça a défouraillé sec. Nos internautes pourront d’ailleurs se reporter au plan ci-dessous pour observer le placement en 4-4-3 des deux armées, soit une ouverture dite à la Khoronabartov….

Un déploiement Cogs dont vous apprécierez toute l'inefficacité ! Mais chez les Karmans, ce n'est guère brillant non plus avec des lignes trop étirées

Non, j’déconne ! En réalité je n’y connais pas grand chose en déploiement et il semblerait d’ailleurs que les officiers en charge des armées en lice n’y excellent pas non plus, au vu de grossières erreurs de placement, dont une belle boulette d’un certain Lopermachintruc qui place une escouade de 4 Prowler dans un cul-de-sac…. Le truc, c’est qu’on avait oublié de dire aux Cogs qu’il y avait de gros murs sur la carte et que pour tirer à travers, ça allait être dur (aux dernière nouvelles, le responsable Cog au renseignement, un certain G-ps, vient d’aller rejoindre ses ancêtres en éprouvettes. Comme quoi, cloné ou pas, c’est dur la vie !)

Une fois échangées les politesses d’usage, à base de « ça va tataner ta gueule grave ! » et de « j’vais t’faire gicler les roubignoles par les orbites », les deux armées ont commencé à dérouler leurs arguments. A ce petit jeu, les artilleurs Karmans ont eu le premier mot en balançant la sauce en plein milieu de l’infanterie Cog, clouant sur place la fine fleur du sniping à la Cog : un pauvre Countersniper qui en était encore à contempler amoureusement ses cibles potentielles à travers ses yeux cybernétiques.

Côté Cog, on comprend vite qu’on est pas là pour vendre des cravates : on utilise une carte tactique pour ramener deux Ravagers, mieux placés ce coup-ci, puis l’on commence à traquer le gibier velu qui, sûr de sa supériorité, ou défoncé à « l’afghane », décide d’avancer imprudemment ses blindés histoire d’aligner plus confortablement les copiés-collés d’en face. Et là, c’est le drame pour les Karmans : leur Saint Anuman bien calé dans Jin-Do se prend une décharge de jammer dans les dents et va mordre la poussière au pied de l’objectif, moteurs HS. Les Karmans en bouffent leur cigare et convergent précipitamment vers leur patron pour le soutenir : Yeti, Jungle Buggy, Anakongas, toute la famille est de sortie.

"Vous ne passerez pas !"
Leader Yeti, dernières paroles

A-045 et ses Hunters décollent de derrière leurs murs où ils se terraient – enfin attendaient une opportunité tactique selon les rapports officiels Cogs – et lâchent une salve dévastatrice de missiles auquel un Jungle Buggy ne résiste pas. La fin du premier round s’amorce, les Karmans attaquent leurs réserves d’alcool de bananes, car là, va falloir du jaja pour se remonter le moral.

"Donc si je comprends bien, toutes les petits points rouges sur l'écran, c'était les missiles des Hunters ? Non, parce que je croyais vraiment que j'avais trop tiré sur mon cône...."

Hélas pour eux, défoncés ou bourrés, ça ne va pas changer grand chose à l’histoire. Le tour 2 commence comme le premier avec une belle salve d’artillerie des K-Warriors qui fait un strike chez les Warmongers ! Les Ravagers du haut de leur 2 de Qi d’IA, décident de répondre à la bergère, tout cela pour se craquer lamentablement… Mais il se rattrapent sur Jin-Do toujours au sol : on peut trouver cela petit, mais bon, l’honneur chez les boîtes de conserve, ce n’est pas primordial. Jin-Do vole en éclats, Saint-Anuman s’envole tout court en s’éjectant pour venir se planquer au milieu de ses disciples.

Les Yetis poussant des cris de guerre à base de « ouh ouh ouh ! » en se tapant le poitrail d’une telle force que même Diane Fossey a dû l’entendre de là où elle est, déchargent comme des fous sur les Warmongers devenus tête-à-claques nationales, qui continuent à tomber : 24 touches, 1 mort, on est d’accord, on a déjà vu mieux ! Enragés, les Karmans lâchent leur dernier blindé sur les Ravagers, qui encaissent dur mais sauvent leurs fesses oxydées. C’est le moment pour les Countersnipers de se réveiller et de justifier leur paye ; pour cela, ils visent soigneusement le deuxième officier en chef Karman, encore un saint, planqué au milieu des Yetis qui ne survit pas. G-09, chef G-Nocrat, l’un des rares Warmongers survivants en profite pour se la jouer chef de guerre kamikaze et comme un gl…un grand avance vers les lignes ennemies et fusillant Saint-Anuman à bout portant !

Deux saints partis ad patres, un seul blindé encore en état, pas de possibilité de faire rentrer les renforts, les Karmans commencent à douter !

La déconfiture Karmane est complète, ça machouille sec le cigare, puis d’un commun accord, les deux stratèges décident d’aller retrouver leurs champs de marie-jeanne ; parce que finalement, s’ils la veulent leur foutue carcasse, ils n’ont qu’à se bouger les miches ces empaffés de Therians. Les Cogs jubilent, une contraction musculaire de ce qui leur tient lieu de zygomatiques est autorisée par leurs instances supérieures, doublée d’une belle dose d’adré : le bonheur à la Cog, quoi.

Voilà ce qu’on peut dire pour le moment, même si des rumeurs courent d’ores-et-déjà sur de futurs règlements de compte. A suivre donc… »

Merci Billy pour ce compte-rendu, qui fleure bon, comment dire….le terroir !
Vous pardonnerez toutefois, chers internautes, le caractère assez frustre de ce compte-rendu. Mon compagnon, bien qu’enthousiaste, n’en reste pas moins Mayennais : difficile de lui en demander plus ! Je vous garantis un registre de langage plus châtié pour la prochaine fois, j’y veillerai personnellement 😉

De la conversion facile pour frimer à AT-43

Salutations les aminches,

Au menu d’aujourd’hui, deux petites conversions simples à réaliser pour compléter des manques à AT-43 et se la péter grave devant les petits copains de jeu !

Comme vous le savez tous, feu Rackham n’a pas eu le temps de sortir toutes les références prévues pour AT-43 avant de passer l’arme à gauche. Certaines n’étaient pas forcément indispensables – on survit sans les transports même si cela nous manque tout de même -, mais d’autres sont plus problématiques comme les ONI Korps, dont la flexibilité manque réellement dans l’infanterie ONI (je vous invite à aller voir d’ailleurs le blog de M. Altan qui nous propose une bien belle alternative proxy pour pallier l’absence de nos chers Korps -> c’est par là

Mais point n’est forcément besoin de proxies pour d’autres références, puisque que tels devant une boîte de legos, nous disposons d’ores-et-déjà de nombreuses pièces pouvant suppléer les manques, et ce dans les références existantes. C’est ainsi que j’ai pu me constituer deux types de blindés vraiment indispensables chez les Karmans et les ONI.

– Se faire son petit Jungle trike : il n’y a guère plus simple, puisque vous n’avez besoin que de deux choses. Le châssis d’un Dirt ou d’un Easy trike (en fonction de vos préférences) et les ZZ-gun d’un Jungle buggy. On déclipse les armes du Dirt ou de l’Easy et on les remplace par celles du Jungle buggy. Et voilà, terminé !

Dans la catégorie Jungle, je veux le petit !

Pour les puristes, vous noterez tout de même que j’ai repeint, de mes deux mains gauches, les ZZ-gun, ce qui s’explique par la différence de teinte entre les armes du buggy (blanc) et le châssis des trikes (beige) : n’arrivent pas à quelque chose de convaincant, j’ai résolu la question en leur donnant un autre schéma.

– Se faire son petit Light destroyer : là, deux possibilités s’offrent à vous. La version simplissime qui consiste à prendre le graser d’un Medium destroyer pour le mettre sur le Light enforcer. Perso, je voulais quand même que l’on voit une différence entre l’armement des deux références, car l’arme du Light est un laser, pas un graser. Alors je sais, on s’en fout de ce genre de détails, ça fait gros geek qui vit dans sa bulle, mais je m’en contrefiche 😉

D’où le choix de créer un laser à partir d’autres pièces : mon choix s’est porté sur les ZZ-gun décidément bons à tout, ça tombait bien, j’avais des Jungle buggy en rab (merci Ludikbazar !) Cette fois, on démonte les ZZ de leur support (attention, la colle tient bien et les cutters glissent…. mes doigts s’en souviennent encore) ; puis, on enlève la gatling du Light enforcer, gatling qu’il faut malheureusement casser pour arriver à ses fins. Ensuite, on fixe le ZZ sur l’emplacement de la gatling – comptez sur du green stuff pour bien fixer le tout et boucher les interstices – et il n’y a plus qu’à peindre en fonction de vos envies.

"Mais c'est un ZZ-gun chef ! Ni un graser, ni un laser ! Ce n'est pas très orthodoxe, non ? - Oh la ferme..."

Une fois ces petites conversions effectuées, vous allez vite vous rendre compte de deux choses :
– dieu que ces R1 sont mortels, particulièrement les Jungle trikes : première sortie au cours d’une partie, Urod fusillé tour 1 grâce à eux…. Et un paquet de kleenex pour mon adversaire, un !

"Quand trois poules vont au champ..."

– pu&!/% de scrogneugneu, pourquoi Rackham nous a-t-il sorti les autres d’abord, alors que ceux-là sont tellement plus intéressants ! Et je ne parle même pas des ONI Korps ! RIP ^_^

"...elles peuvent tomber sur trois renards qui les attendent !"