Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour !

Salutations les aminches,

Punk is not dead et moi non plus ! Voilà 8 mois que je n’ai rien posté sur ce blog, presque la durée d’une grossesse et pourtant, je n’ai accouché de rien du tout…. Comme d’habitude, flemmardise, hibernation, divers atermoiements et mon addiction aux jeux en ligne sont à mettre au banc des accusés (Hearthstone, Diablo, je vous hais !!!) shame on me et tutti quanti. 😉

Alors quoi de neuf pour ce déterrage de blog en bonne et due forme ? Du classique mes bons amis, du classique, car c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes ! Donc, au menu du jour, un rapide passage en revue de mes derniers arrivages pour Dust Warfare et un petit rapport de bataille. Logiquement, si je me sors les doigts de là où ils sont encore coincés, je devrais pouvoir proposer d’autres choses dans les semaines à venir, du moins si la sortie de l’extension Reaper of Souls pour Diablo m’en laisse le temps ! ^_^!

Dust Warfare, ça existe encore ?

Oui, même s’il est parfois permis de douter de la chose. En effet, la transition entre FFG et Battlefront pour la distribution des deux gammes Dust Tactics et Dust Warfare a été plus compliquée que prévue. Retards à la pelle dans les sorties, communication bancale, difficulté à se projeter dans le futur, autant d’éléments qui ont abouti à une certaine inquiétude chez les joueurs, moi y compris.

Certes, avec tout ce qui existe déjà dans les trois factions, cela ne devrait pas nous emêcher de jouer. Oui, mais voilà, nous sommes aussi des acheteurs compulsifs et le fait de ne pas pouvoir accéder dans les temps annoncés aux nouveautés déclenche une frustration réelle (faudrait d’ailleurs que je me penche un jour plus sérieusement sur cette forme d’addiction à la nouveauté/consommation car symptomatique de notre société, elle parasite considérablement notre bien-être en tant que joueur).

Alors, Dust Tactics et Warfare sont-ils moribonds ? Doit-on commencer à envisager l’arrêt à court terme des deux gammes ? Non, du moins pas dans l’immédiat :
– du côté de Dust Tactics, la version 2.0 est désormais sur les rails. Livrée dans les trois starter packs, elle est déjà en partie consultable dans sa version de démarrage et devrait être bientôt disponible en version avancée plus complète.
– quant à Dust Warfare, l’extension Achilles a été gratuitement mise à disposition des joueurs en Février par Battlefront sous la forme d’un pdf (téléchargeable sur leur site) que je suis d’ailleurs en train de traduire. Des packs de cartes avec les stats des unités déjà sorties et des boîtes de marqueurs pour les différents états des unités en jeu sont attendus dans les semaines à venir.
– enfin, une convention autour des deux gammes doit se tenir dans quelques jours aux USA : c’est le Dust World Expo du 14 au 16 mars 2014. A cette occasion, Paolo Parente nous promet moult révélations sur les sorties à venir, notamment des visuels des unités des différentes factions sur le futur théâtre d’opération : l’Afrique du Nord.

On pourrait donc dire que l’on panique à tort au vu de tout cela, mais chat échaudé craint l’eau froide comme dirait l’autre et ce n’est pas la première fois que les annonces de Dust Studio ne sont pas suivies d’effet : par exemple, la boîte d’armée pour le corps expéditionnaire allemand en Afrique du Nord – NDAK dans le jeu – annoncée l’été dernier pour une sortie en décembre 2013, n’est toujours pas dans les starting blocks à l’heure où j’écris ces mots… Ce n’est certes pas bien grave, mais cela n’est pas bon pour la confiance entre un éditeur et ses joueurs. Rajoutez à cela les problèmes de distribution, prévisibles pendant la période de transition entre les deux distributeurs, mais sans doute sous-estimés par Dust Studio ; ainsi que la rumeur persistante au sujet de Dust Warfare – rappelons-le, ce n’est pas le bébé de Dust Studio mais de FFG – et de sa possible fusion avec le système de Dust Tactics, chose qui ne serait pas sans fâcher les joueurs des deux gammes ! ^_^

Donc wait and see, mais il vaut mieux que Dust Studio et Battlefront évitent de se craquer cette année, au risque sinon de perdre le gros de leur commuanuté et de planter leur jeu.

Heureusement, il y a Find…. euh les figs !

La qualité des figs, c’est ce qui sauve Dust Studio et fait que les joueurs grognent, ronchonnent et rongent certes leur frein, mais n’ont pas encore claqué la porte (quoique certains l’aient déjà fait à mon plus grand regret…Restez les gars, on a besoin de vous !!!). Et les dernières sorties, même reportées maintes fois, confirment le savoir-faire de Dust Studio, particulièrement en version premium. Il est clair que plus ça va, plus la peinture des figurines premium s’améliore. Je vous l’avais certes déjà fait remarqué, mais cela continue à s’accentuer et je suis franchement bluffé par certaines d’entre elles.

Au registre des arrivées récentes dans mes armées, les Sturmaffe : des gorilles sous amphé, équipés de marteau-piqueurs dédiés à l’ouverture des plus gros blindés et de flammfaust taillés pour faire mal à tout ce qui passe ! On aime ou on n’aime pas le choix des couleurs pour le leader en blanc, mais ils n’en restent pas moins superbes pour des figurines pré-peintes.

Dust Warfare - Sturmaffe Axis

« Les gorilles, vous les aimiez déjà à mains nues ?
Vous les adorerez au marteau-piqueur ! »

Et que dire des Steel Guards pour le SSU ? Des vétérans grièvement blessé au combat, qui en redemandent et à qui on a répondu positivement en leur fournissant des exo-armures qui ne laisseraient pas de marbre le plus vénérable des dreadnoughts 😉 Extrêmement résistants – ce sont les premières unités d’infanterie R4 non-héroïques du jeu – ce sont des monstres au look franchement excellent. Bon, il est clair que Paolo n’a pas fait que lorgner sur les anciennes Kolossus en Red Block d’AT-43 ^_^, mais le niveau et la qualité des détails sont bien plus convaincants que leurs vénérables ancêtres.

Dust Warfare - Steel Guards  SSU

Photo de famille des Steel Guards : à gauche les snipers, au centre l’escouade de commandement, à droite les bourrins d’assaut !
Vi,je sais, c’est pas le genre de famille qu’on aime avoir pour voisins ! ^_^

Dans mes derniers arrivages également, les deux premiers R5 alliés, le Six Shooters et le Bulldog. J’avoue que je n’étais pas franchement emballé par leur design au début et ils ne seront jamais mes véhicules préférés de la gamme : leur design clairement inspiré des chiens de race Bulldog comme Spike (si, si, vous vous souvenez, le gros chien qui fait toujours des misère à Tom dans les classiques de la Warner) est assez osé, original, mais trop carré à mon goût. Toutefois, là encore, entre les photos et la réalité, il y a une différence : leur forme rectangulaire passe nettement mieux irl et l’on s’y habitue finalement assez bien. Sans compter sur leur intérêt en jeu : je pense donc qu’ils seront à terme de toutes mes parties en Alliés 😉

Dust Warfare - R5 Alliés - R5 Allies

Spike en double exemplaire ? Mieux vaut les laisser finir lorsqu’ils on décidé de se soulager sur la jambe de ton pantalon ! ^_^

Enfin, cerise sur le gâteau : Snow Linx, le blindé personnel de Miss Sigrid von Thaler sur le théâtre d’opération de Zverograd. C’est certes la troisième version de ce blindé – basé sur un châssis de Jagdluther – mais sa mise en scène dans ce modèle spécial est tout simplement magnifique. Seule ombre au tableau, le visage de Sigrid elle-même, qui n’est pas très convaincant, ses traits n’ayant plus grand chose à voir avec les premières versions de cette héroïne emblématique de l’Axe. Quant à son efficacité en jeu, rien à redire : c’est un tueur de tank et il excelle en la matière.

Dust Warfare - Snow Linx Axis

« Hé, Sigrid ! Pourquoi t’as une sale tête ?
– Maul zu ! Je ne suis pas du matin, c’est tout ! »

Dust Warfare - Snow Linx no scene Axis

Comme d’habitude, dans leur version élite, le blindé et la figurine sont aimantés et détachables du socle. L’occasion d’admirer la sale tête de Miss von Thaler de plus près 😉

Et ce rapport de bataille ? Ca arrive ?

Oui, monsieur ! Le voilà monsieur ! Sur un plateau monsieur !

Alors, avec l’ami Ranga, nous avons livré bataille en Axe vs Alliés avec 555 points de chaque côté. C’était l’occasion pour moi de tester les dernières nouveautés apportées par l’extension Achilles :
– les nouveaux schémas de sections blindées, ce qui nous a permis d’aligner pas mal de véhicules (6 pour moi en Alliés et 5 pour Ranga en Axe)
– quelques unes des dernières unités présentées dans l’extension, dont le R5 Six Shooter côté Alliés

Je vous mets les listes d’armée ci-dessous, uniquement à titre indicatif car elles sont tout sauf optimisées, elles sont avant tout conçues pour le fun et pour aligner du blindé ! A noter, on a joué lourd des deux côtés, avec très peu d’infanterie standard, essentiellement des exo-armures R3.

Axis (555/555)

– Héros :
Hauptman Klaus von Richthofen (28)

– Section blindée (275)
Amélioration : Lightning War (10)
Commandement de section : Generalmajor Sigrid von Thaler (30 – Héros)
1ère Section : MPW II-B « Ludwig » (40)
2ème Section : MPW II-B « Ludwig » (40)
3ème Section : Jagdluther « Snowlinx » (55)
4ème Section : MPW III-A « Wotan » (55 avec amélioration)
Support : Horten Ho-357 Fledermaus VII « Der Blitz » (50)

– Section lourde (165)
Amélioration : Lightning War (10)
Commandement de section : Heavy Kommandotrupp (35)
1ère Section : Heavy Flak Grenadiers (26)
2ème Section : Heavy Laser Grenadiers (35)
+ High Visibility Lasers (2)
3ème Section : Heavy Recon Grenadiers (30)
4ème Section : Laser-Jagdgrenadiere (25)
+ High Visibility Lasers (2)

– Section spéciale – Gorilles (88)
Commandement de section : (24 – Héros)
1ère Section: « Sturmaffe » Blutkreuz Korps Kampfaffen Pionere Squad (40)
2ème Section: Axis Gorillas (24)

Alliés ( 555/ 555 )

– Section blindée (313)
Amélioration : Air Drop (5)
Commandement de section : « The Boss » Ranger Command Squad (25)
1ère Section : MCW M2-C « Pounder » (40)
2ème Section : MCW M3-D « Cobra » (35)
3ème Section : HDW M5-A « The Six Shooter » (60)
4ème Section : HAW M6-A « Punisher » (100)
Support : P-48C « Bellowing Bertie » (45)
Support : « 13 Foxtrot » Observer Team (8)

Section d’élite (182)
Commandement de section : Rhino (22 – Héros)
1ère Section : « The Hammers » Heavy Ranger Assault Squad (28)
2ème Section : « Grim Reapers » Heavy Ranger Attack Squad (30)
3ème Section : « Grim Reapers » Heavy Ranger Attack Squad (30)
4ème Section : « Tank Busters » Heavy Ranger Tank Hunter Squad (35)
Support : « Leathernecks » USMC Heavy Mortar Team (17)
Support : LAW M1-A « Wildfire » (20)

Section spéciale – British Paratroops (56)
Command Section: Action Jackson (24 – Héros)
1ère Section: « Red Devils » British Paratroops (32)

Deux listes à peu près équilibrées sur le papier : pas mal de lasers du côté de l’Axe, des phasers du côté des Alliés ; deux aéronefs, dont un piloté par le surpuissant Richtofen ; un blindé R7 côté Allié, pas du côté de l’Axe, mais compensé par le tueur de tank absolu qu’est le Jagdluther.

Côté scénar, on ne s’est pas beaucoup embêté, rien à voir avec les scénarii ciselés de l’ami Kieffer 😉 Pour nous, trois objectifs symbolisés par des conteneurs du Red Block, les deux blancs latéraux rapportant un point de domination, le central deux points.

SONY DSC

« Quoi ? On va se battre pour de simples conteneurs ? Sont pas un peu cons à l’état major ?
– Pas n’importe quels conteneurs petit, des conteneurs collectors Red Block de chez Rackham ! Ca c’est du lourd, petit ! »

Le premier tour a été d’une létalité extrême : comme on n’avait pas joué depuis quelques semaines, on avait oublié combien l’espérance de vie des véhicules pouvait parfois s’avérer courte à Dust Warfare ! Et au petit jeu du duel en fond de cour, les Schleus restent les maîtres absolus : mon Pounder vole en éclat en une salve du Jagdluther, mon R7 Punisher se fait rétamer la moitié de sa DC par le Der Blitz de Richtofen ! Autant dire, que côté Alliés, on sert les dents et les fesses, en voyant notre puissance de feu dégringoler aussi rapidement ! Il faut dire que Ranga a joué comme un bourrin en avançant tous ses tueurs de tank et son chasseur-bombardier. Cela lui a d’ailleurs coûté très cher, puisque mes unités AA se déchaînent sur Richtofen qui s’en va lui aussi mordre la poussière au tour 1.

SONY DSC

« Ach, voir la Mayenne et puis mourir ! »
Klaus von Richtofen, dernières paroles

Dopé par cette belle réussite, je me lance également en mode bourrin, voulant répondre à la bergère de la plus belle manière qui soit ! Hélas, tous mes tirs échouent lamentablement : même à 7 dés en tir appuyé sur Snow Linx, c’est à peine si je lui raye la peinture…. Surtout que dans le même temps, l’ami Ranga fait des jets monstrueux, tant en jet d’armure qu’en réaction. Mon Diving Dotie, inspiré par la fureur de Richtofen, décide de partir lui aussi bille en tête et se fait cueillir comme une fleur par la réaction des Heavy Recon de Ranga : 9 dés lancés, 8 réussites, 1 avion qui s’en va chercher les pissenlits, plutôt du côté de la racine 😉

SONY DSC

« Géronimooooo! »
Pete « Pas d’bol » Thompson, collectionneur de pissenlits de père en fils

Le deuxième tour prend la même tournure que le premier, même si l’on joue tous deux plus prudemment ! Assaisonné par le Wotan et par le Jagdluther, mon pauvre Punisher vole en éclats façon puzzle sans avoir fait un frag !! 100 points d’armée qui ont pissé dans un violon en une messe funèbre du plus bel effet ! Et chaque fois que je le joue, c’est pareil ! Snif ! Faut-il que j’aime la figurine pour vouloir encore le déployer sur un champ de bataille !

Au vu de l’effondrement drastique de mon potentiel offensif, je me décide à déployer mes renforts et profite de l’avancement des lignes de Rang pour droper mes Red devils et mon Cobra dans sa zone de déploiement. Sont pas solides, mais bardés de phasers qui interdisent tout jet d’armure, ils risquent de faire mal ! J’avance également mon Six Shooter, moins dans l’idée de faire du kill, que de servir d’appât aux tueurs de tank de l’Axe afin de permettre à l’une de mes deux unités de phasers de survivre. Dans le même temps, mes Hammers avec Rhino à leur tête foncent sur le Wotan pour le fixer et essayer de l’ouvrir à coups de poings.

SONY DSC

Bourriner ou mourir, les Alliés ont choisi les deux ! Ils bourrinent et l’Axe va décéder !

La fin du tour 2 est donc tendue : Ranga contrôle l’objectif central et conteste les deux latéraux, sa puissance de feu potentielle est quasi intacte. Quant à moi, j’ai joué mon va-tout en essayant de le déborder : ça passe ou ça casse, il n’y aura pas de deuxième chance.

Et c’est passé, le tour 3 va voir l’Axe stagner ! Disposant de l’initiative, je fais feu avec le Cobra sur le Snow Linx et lui enlève la moitié de ses pv : pas transcendant, mais toujours ça de pris pour une unité envoyée en kamikaze. Mes Hammers dépècent le Wotan. Quant à mes Red Devils, ils s’attaquent au Ludwig du flanc droit qui recule en réaction les laissant tirer dans le vide ! Petite canaille de Ranga ! ^_^

De son côté, il se rend compte de la faiblesse intrinsèque des blindés de l’Axe : monstres de puissance, ils n’ont cependant pas leurs armes montées en tourelle et doivent donc pivoter sur eux-mêmes pour aligner les cibles planquées dans leur angle mort, perdant donc l’occasion de tir appuyé. Et le dieu du Fumble, après s’être acharné sur moi au début, s’intéresse désormais à l’ami Ranga qui foire quasiment tous ses jets : j’admire son fair play, car à sa place, il y a longtemps que les dés se seraient envolés par la fenêtre ! Mon Cobra a survécu, je ne m’y attendais même pas, l’ayant quand même envoyé en opération suicide face au Snow Linx. Il va pouvoir tirer une seconde fois au tour suivant et ne va pas louper Miss Sigrid.

Le tour 4 voit l’Axe s’effondrer tandis que les espoirs de Ranga s’envolent. Mes Hammers débarrassés du Wotan, s’en vont fixer Sigrid au cas où. Mais le Cobra la dézingue et ils peuvent repartir à l’assaut d’un autre blindé, le Ludwig du flanc droit en l’occurence.

SONY DSC

« Et hop, une death from above !
– Euh non chef, ça c’est à Mechwarrior !
– Shut up et saute petit ! »

Celui-ci cerné, décide de passer sur les Hammers et de les piétiner. Ranga rate complètement son jet, le dieu du Fumble s’acharnant sur lui. Son Ludwig est cueilli à froid par le Six Shooter qui s’est avancé, tandis que mes Red Devils fusillent à bout portant les équipes de laser de Ranga : aucun jet d’armure, c’est une exécution en bonne et due forme.

SONY DSC

« Sarah Connor ?
– Euh non, c’est en face…. »

Le tour 5 clôt la partie prévue en 6 : l’objectif central tenu jusqu’alors par Markus et les Sturmaffe est repris par une marée de R3 alliées soutenues par le Six Shooter. Un deuxième Ludwig rentré en renfort à la fin du tour 4 sur le flanc gauche descend le Cobra, mais cela ne peut plus rien changer à la tournure des événements. L’Axe tient un objectif latéral, mais a perdu l’autre et le central : victoire alliée à 3 points de domination.

SONY DSC

«  »Euh chef, maintenant qu’on les tient les fameux conteneurs collectors, qu’est-ce qu’on va en faire ?
– Eh bien alors, tu ne connais pas ebay, petit gars ? »

Au final, que retenir de cette partie ?
– que les blindés allemands bien que surpuissants en fond de cour, restent franchement handicapés par leurs flancs en cas de débordement
– que les phasers sont toujours aussi mortels et qu’il ne faut pas hésiter à en abuser : la prochaine fois, je teste le Bulldog, un phaser lourd monté sur un châssis de R5, j’en salive d’avance !
– que le Six Shooter est une unité intéressante mais que ses 30 pouces de portée n’en font pas un blindé de fond de cour, c’est vraiment une unité d’assaut
– que les Alliés peuvent faire un boulot tellement énorme avec leur infanterie R3 que je me demande pourquoi je m’obstine à recruter des gros blindés ! Ah si je sais, parce que j’aime ça, même si je n’ai jamais de bol avec ! 😉
– que les sections blindées c’est bien, parce que l’on peut mettre encore plus de marcheurs, même si au final, c’est toujours l’infanterie qui termine le boulot ! A noter toutefois qu’on a tous deux terminé la partie avec un blindé, ce qui n’est pas si fréquent que cela ^_^

Le bourrin, le tacticien et le vautour !

Salutations les aminches,

Déjà deux mois que je n’ai rien posté de nouveau sur ce blog, shame on me !

La faute en incombe à moult raisons diverses et variées – dont une paresse naturelle dont je ne saurais me départir 😉 – mais j’ai surtout consacré beaucoup de mon temps libre pour traduire la dernière extension pour Dust Warfare : Icarus ; et surtout constituer enfin un récapitulatif de tous les profils des unités du jeu : « Le catalogue de la manufacture des armes et munitions ».

Ce matériel est désormais à votre disposition, il vous suffit pour cela de vous rendre sur le forum Dust Warfare Planet et de suivre les liens indiqués dans la partie du fofo surnommée « La Boîte à Outils ». Attention toutefois, tout ceci ne restera en ligne que le temps qu’une version française officielle sorte enfin dans nos magasins. Je n’ai aucunement la prétention de faire de la concurrence à Battlefront Miniatures qui est désormais le distributeur officiel du jeu. Je souhaite juste que les allergiques à la langue de Shakespeare puissent, en attendant une traduction officielle, trouver tout ce qui leur faut pour jouer dans la langue de Molière, ceci afin d’investir dans une gamme de figurines qui le mérite amplement ! 😉

Bon, je n’ai cependant pas fait que traduire au cours de ces deux mois, j’ai également joué à pas mal de choses – beaucoup de WOW:TCG, de plateaux divers et variés, de deck building dont l’excellent DC Comics Deck-Building et même un retour à MTG, alors que mes cartes dormaient dans leurs classeurs depuis déjà plusieurs mois. J’ai également pu faire 2-3 parties de Dust Warfare dans les locaux de l’ALC, ce qui m’a permis d’initier un nouveau joueur d’Ille-et-Vilaine que nous surnommerons « El Inspector » 😀 Avec lui, Bigben, Maxoum, Ranga et moi-même, nous avons pu jouer notre plus grosse partie de Dust Warfare à ce jour, ce que je m’en vais vous narrer tout de suite !

Il ne peut en rester qu’un !

Pour cette partie, nous ne nous sommes pas compliqués, nous avons pris la base du scénario à trois camps « At All Costs », que nous avons simplement modifié de la façon suivante : chaque camp a pour objectif de détruire le plus d’unités dans le camp adverse qui lui a été assigné : SSU -> Alliés ; Alliés -> Axe ; Axe -> SSU. La petite subtilité étant toutefois que chaque unité détruite par un autre que vous dans le camp de votre ennemi attitré compte dans vos points de victoire à la fin. Bref, un scénario où il faut à la fois attaquer mais également se défendre en évitant de démolir trop de vos agresseurs, au risque sinon de faire gonfler les points de victoire du troisième larron 😉

Près de 2000 points d’armée, répartis en trois camps de 650 points, se sont donc retrouvés en une chaude et orageuse soirée pour en découdre :

– SSU avec El Inspector et Ranga : leur point fort, un fort potentiel de destruction antiblindé, beaucoup de piétaille et la présence d’un Superhuman presque imbutable, le sacro-saint Winter Child ; leur point faible, de l’aérien non spécialisé et une portée moyenne pour l’infanterie.

SONY DSC

Le SSU retranché au beau milieu de son bord de table, gueulant tous en coeur, à la Gandalf made in Moscou : « Vous ne passerez pas ! »

– Alliés avec Maxoum et votre serviteur : leur point fort, un tiers de l’armée en réserve attendant d’être largué par parachute là où cela chauffera, beaucoup d’infanterie de rang 3 ; leur point faible, un potentiel antiblindé moyen.

SONY DSC

Les Alliés sur le bord droit de la table : moins nombreux au départ que leurs petits camarades, ils sont à l’affût n’attendant qu’une ouverture chez leur proie pour parachuter tout le reste !

– Axe avec Bigben en solo : leur point fort, des unités disposant d’un fort potentiel de destruction – Wotan, lasers lourds, zombies, Fledermaus pour l’aérien ; leur point faible, une réussite fortement conditionnée au résultat des dés et à la possibilité de s’approcher suffisamment de l’adversaire.

SONY DSC

L’Axe dans le coin gauche de la table : tout ce petit monde a beaucoup de mal à tenir dans sa zone de déploiement, ce qui n’est pas sans poser de problème. Extrait :
« Oberst, les soldats se plaignent de la promiscuité…
– Un vrai soldat germanique ne se plaint jamais, mon petit Hans !
– Jawohl, Oberst ! Mais, les plaintes se limitent seulement à la présence de nos camarades zombies entassés dans leur transport, cela fait des heures qu’ils y mijotent…
– Ach, je vois ! Eh bien, appelez la brigade Stick’Up d’Airwick ! Qu’ils se déploient le plus rapidement possible afin de mettre leur mettre une bonne claque !
– Jawohl Oberst ! Merci Oberst ! »

Cela nous donne donc le champ de bataille suivant: chacun dans son coin obligé de surveiller les moindres faits et gestes tant de leur cible que de leur chasseur ! Du fait de sa position centrale, le SSU peut paraître dans une situation plus délicate que ses adversaires, mais les dispositions du scénario ont finalement permis au SSU de ne pas s’en ressentir.

SONY DSC

« C’est un beau jour pour mourir ! » comme dirait l’autre !
Oui, mais justement, qui va accepter de partir en premier ? 😉

Tour 1 : sandwich à l’américaine pour tout le monde !

Le tour 1 a à peine débuté, que les Alliés doivent serrer les fesses ! En effet, le SSU sort ses tueurs tank de leurs abris et s’en donne à coeur joie sur les Alliés pour l’instant en infériorité numérique ! El inspector et Ranga, en tacticiens éprouvés, ont bien compris le scénario, faut casser du Ricain un point c’est tout, alors quand on peut fraguer sans risque, pourquoi s’en priver ? 😀

Red Fury, Babushka tirent sur le pauvre Sky Sweeper qui sauve ses miches grâce à de bons jets d’armure. Pendant ce temps, le père Winter Child fonce droit sur les lignes américaines : Ranga sait pertinemment que les armes capables de buter un R4 ne sont pas légion et que même s’ils y parviennent, les Alliés réfléchiront à deux fois avant de livrer plus de 70 points de victoire à l’Axe. Bref, Winter Child vient bille en tête faire ce qu’ilf ait de mieux : mettre le bazar dans les lignes adverses, concentrant les tirs sur lui, pendant que l’infanterie se déploie tranquillement en arrière-plan.

SONY DSC

« Chef, nous sommes attaqués par une force supérieure, chef !
– Supérieure à quel point, sergent ? Combien sont-ils ?
– Pfiouh, ils sont au moins…ouhlà….au moins un, chef ! »

Avec l’ami Maxoum, nous resserrons les rangs pour faire front, tandis que nous commençons à envoyer quelques infanteries lourdes en éclaireur vers les rangs de l’Axe, afin de prendre possession du terrain pour notre future offensive. Las, mal nous en prend, car Bigben repère immédiatement nos erreurs de placement, fauche les petits gars de la Légion et met à mal nos pauvres Tank Busters. Puis, ayant calmé nos ardeurs, il commence à déployer ses troupes destinées à mener sa propre offensive sur le flanc gauche du SSU.

SONY DSC

« Je ne comprends pas chef, les légionnaires étaient devant nous y’a pas deux minutes ! Puis, hop, ils se sont évaporés !
– Etrange en effet, sergent. Je comprends d’autant moins que je n’ai pourtant pas vu de chèvres dans le coin !? »

Tours 2-3 : quand les dieux du Fumble trahissent les bourrins de l’Axe !

Le tour 2 commence comme le premier, c’est-à-dire mal pour les Alliés. Ils se font pilonner par les blindés du SSU, voient un Pounder voler en éclats, tandis que les petits gars embusqués à l’avant se font irradier par l’ami Winter Child. Evidemment, tout le monde tire sur lui – avec une armure aussi rutilante, difficile de le louper – mais il faut bien le dire, on lui a à peine rayé sa belle armure ! !

Pendant ce temps, Bigben décide de se lancer à l’assaut de la forteresse SSU. Tout se passe bien dans un premier temps, son transport de troupes progressant facilement tout en fournissant un bon couvert au reste de l’infanterie lourde. Le Wotan et le Sturmkönig arrosent le Mao Zedong du SSU, seul blindé verrouillant ce secteur. Et là, c’est le drame, Bigben chanceux d’habitude doit rendre des comptes au dieu du Fumble : la plupart de ses tirs échouent et n’infligent que des dégâts superficiels au Mao Zedong.

SONY DSC

« Ô rage ! Ô désespoir ! N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ! »
D’accord, citer Corneille juste pour dire que Bigben n’a pas eu de chance aux dés, cela paraît un peu trop ! Mais vous auriez vu son visage furibard, vous me comprendriez mieux ! 😀

Cela ne pourrait être qu’un contretemps, qui plus est sans grande conséquence, car le SSU s’étant essentiellement porté sur les Alliés, son flanc gauche n’est pas encore suffisamment regarni pour pouvoir exploiter ce manque de chance de l’Axe. Toutefois, le tour 3 confirme les mauvais présages du tour 2, lorsque Bigben voit la plupart de ses tirs échouer sur le Mao Zedong, qui reste inébranlable, qui plus est planqué derrière une pile de conteneurs.

El Inspector et Ranga profitent cette fois de la malchance germanique, pour briser net l’assaut de l’Axe : le transport de troupes vole en éclats, les troupes de l’Axe sont pour la plupart fixées, à la fois du fait de l’irruption d’un hélicoptère Striker et de l’intervention d’un canon tesla. Quant au Wotan, il s’attire les foudres du Mao Zedong, mais réussit à s’en sortir sans trop de dégâts. Quoi qu’il en soit, l’attaque de Bigben est désormais brisée, sans compter que la plupart de ses troupes se retrouvent à découvert.

SONY DSC

« Sergent, quelles sont les pertes ?
– Camarade commissaire, c’est un miracle, les dieux sont avec nous ! Nous n’avons pas eu une seule perte !
– Il n’y a pas de miracle, sergent et encore moins de dieux ! Caporal, allez fusiller le sergent pour propagande religieuse anti-révolutionnaire ! Ah oui, indiquez également dans le rapport que nous n’avons pour l’instant subi qu’une seule perte sur cette partie du front ! »

Et qui des Alliés me direz-vous ? Eh bien nous avons opté pour une tactique ô combien courageuse, issue du manuel de « L’antihéros en action » : nous reculons face à l’assaut du SSU et glissons le long du bord de table pour profiter de la dispersion des forces de l’Axe. Cette manoeuvre dite du « Vautour fugace », décontenance les petits gars du SSU, qui se retrouvent avec des distances supérieures à leur portée, tandis qu’elle inquiète Bigben qui sent le coup de poignard venir. Cette impression est rapidement confirmée lorsque nous dropons nos renforts au pied de son flanc gauche : Pounder, Cobra, Hammers, Red Devils sont lâchés au coeur de l’action, tandis que notre couverture aérienne pointe également le bout de son nez.

SONY DSC

« Coucou les copains ! C’est nous !
– Ach, nein ! Je sens qu’ils vont nous pourrir l’ambiance ceux-là ! »

Tour 4 : sale temps pour les héros, beau jour pour les vautours !

Le tour 4 s’ouvre donc sur de mauvais auspices pour l’Axe, pris entre le marteau et l’enclume.

SONY DSC

Après le sandwich à l’américaine du tour 1, c’est Bigben qui régale avec son sandwich à la teutonique, sandwich qu’il a eu tout loisir de déguster !

Disposant de l’initiative, Bigben débute les hostilités en une forme de baroud d’honneur. Et là, rebelote, la plupart des tirs de l’Axe échouent à détruire leur cible. La poisse a même gagné le ciel puisque le Fledermaus III arrivé au tour 3 dans le dos du SSU, rate tous ses tirs sur le Red Fury, pourtant en arc arrière, donc sans jet de blindage…. Bigben est atterré par tant de malchance et bien que nous compatissions tous, nous n’avons cependant pas hésité à en profiter, crevards que nous sommes !

SONY DSC

« Je le vois ! Je l’ai ! Je tire et….. Mais je ne comprends pas ! »
Conversation radio entre le pilote et le copilote du Fledermaus

Voyant la quasi totalité de l’Axe fixé par des marqueurs de réaction, El Inspector lance son Striker sur les rangs de Bigben histoire de faucher ses petis gars comme on fauche les blés. Hélas pour lui, Bigben dispose d’une unité de Heavy Flak Grenadiers apte à réagir et profite d’un éclair de chance pour abattre le gros bourdon enquiquinant. Le SSU ne se décourage cependant pas, Ranga envoit le Sky Sweeper allié ad patres, celui-ci ne pouvant plus fuir bloqué par un bouchon formé par ses petits copains devant ; tandis que l’infanterie déboule vers le centre histoire de prendre les Red Devils de flanc, ceux-ci ne devant leur survie qu’à la capacité d’Action Jackson à encaisser les dégâts.

SONY DSC

« M’enfin ! D’où est-ce qu’ils sortent ces gars-là ?! »
Igor Ivanotich, pilote de Striker, dernières paroles

Les Alliés poursuivent leur opération de vautour en nettoyant le flanc gauche de l’Axe, détruisant le Wotan, le Sturmkönig à grands coups de phasers et de roquettes tirées par le Pelican. Talonnés par le SSU, nos arrières sont en posture fragile, mais ne peuvent toutefois pas être sérieusement inquiétés.

SONY DSC

Le SSU domine les deux-tiers du terrain : vrais vainqueurs de cette partie, même si le scénario donne tout de même la victoire aux Alliés 😉

La messe est dite, entre les unités perdues face au SSU et celles fauchées par nos soins, nous gagnons la partie, en vautours assumés ! Mais ne nous leurrons pas, le scénario nous sauve car les vrais gagnants sont El Inspector et Ranga qui ont a la fois su nous repousser et fixer l’assaut de Bigben.

Ce dernier n’en revient d’ailleurs toujours pas de sa malchance, chose que je peux aisément comprendre, étant un poissard notoire. Pas plus tard que le week-end dernier, j’ai ainsi affronté Ranga en une partie à 300 points : une heure plus tard, les 3/4 de mon armée avaient disparu quand je n’avais réussi à tuer qu’une seule figurine….!! Que voulez-vous faire quand vous loupez absolument tout et que votre adversaire lui ne rate rien ? 😉

Ô dieu du Fumble, pourquoi es-tu si cruel avec nous ? Nous qui te révérons tous les week-end à grands coups de dés ?! Et d’échecs critiques, bien entendu ! 😀