« You’re in the US army now ! »

Salutations les aminches !

Tout d’abord, je tiens à faire remarquer que j’ai tenu ma parole : pas plus de quinze jours entre les deux derniers articles ! Quelle rapidité ! Quelle folie ! L’ivresse de la vitesse ! Wheeeee ! Ha Ha Ha Ha ! Oh Oh Oh Oh ! Wheeeee ! Comme le dirait un célèbre escargot aviateur (spéciale dédicace à Target s’il passe par là ! 😉 )

Bon, après cette rapide introduction (bien entendu, sans aucun mauvais jeu de mots…), il est temps de rentrer dans le vif du sujet (et comme toujours, 0% de jeu de mots foireux inside). Alors, qu’a-t-on aujourd’hui au programme ? Eh bien, suite à l’irruption de troupes du NDAK sur le théâtre d’opérations européen, l’Alliance a décidé de répondre à la bergère en envoyant quelques uns de ses Semper fi voir du pays.

C’est ainsi qu’un détachement des Marines a débarqué ce matin en notre belle contrée mayennaise. Seul hic, les petits gars de l’intendance les ont préparés pour affronter les rigueurs de l’hiver russe et cie, or là, c’est en plein cagnard caniculaire qu’ils débarquent : 36°C à l’ombre, ça valait le coup de troquer la chemise pour les moufles…

Go ! Go ! Go ! Marines !

Bon, qu’a-t-il dans le ventre ce petit détachement d’USMC ? Eh bien, comme la boîte précédente du NDAK, il est conçu pour offrir une armée prête à jouer dès le déballage avec un blindé lourd, deux médiums, deux escouades d’infanterie de rang 1, une de rang 3 et un héros. Pour le même prix, on a donc des armées équivalentes, du moins sur le papier ; car dans le détail, les Marines ne sont pas arrivés les mains vides avec rien de moins qu’un blindé de rang 7 dans leurs bagages face auquel, le Stummel allemand fait pâle figure. Néanmoins, l’équilibre est respecté car les blindés médiums alliés sont beaucoup plus fragiles que les allemands.

Donc au niveau blindé, on en compte 3 :

– l’ami Bigben en fait des cauchemars depuis qu’il a été annoncé et il fourbit ses plans depuis lors afin de le contrer : le Devastator est enfin arrivé. Rang 7, équipé d’une dozer blade qui lui accorde un point de blindage en plus, c’est surtout son phaser lourd qui donne des sueurs froides à mon teutonique et émotif adversaire ! Il faut dire qu’en une seule salve, il peut détruire n’importe quoi au sol : le phaser n’accorde pas de jet d’armure et à 4 dégâts par touche, les blindés adverses risquent de fondre comme motte de beurre au soleil caniculaire.

Pour autant, est-il autant à craindre que cela ? Non et pour plusieurs raisons : son coût qui le réserve aux grosses parties, sa portée plus faible que les lasers teutoniques et autres canons soviétiques. Je ne m’inquiète donc pas : il saura être accueilli à sa juste mesure et servira surtout – comme le plus souvent avec les grosses pièces qui tâchent – de paratonnerre pour ses petits copains. Il n’empêche qu’il renforce considérablement l’arsenal blindé allié qui manquait quand même de pièce réellement menaçante.

SONY DSC

M’est avis que l’été sera chaud : chaud brûlant même !

– le Barking dog (light) et le Mickey (light) : rien de bien nouveau pour ces deux-là, ils existent déjà depuis un petit moment. Seule différence notable, ils sont livrés avec un blindage allégé et sont donc moins coûteux que leurs prédécesseurs. Est-ce un mal ? Non, au contraire. Le problème des blindés médiums alliés, c’est qu’ils sont bien moins solides que les médiums des autres factions, pour un coût équivalent. Ce qui fait que très souvent, ils n’auront guère le loisir de survivre à un duel face à leurs adversaires. Ces nouvelles versions ne survivront certainement pas plus, mais en baissant le coût de recrutement, cela donne le loisir de leur adjoindre d’autres unités, de l’infanterie lourde notamment qui constitue le point fort des Alliés à Dust Warfare.

SONY DSC

« Si je tenais l’empoté qui nous a filé des tenues hivernales par cette chaleur, je lui déchargerais les 6 Recoiless dans la tête !
– …
– Eh ! Tu m’écoutes Stuart ?
– Arrête de chouiner : fais comme moi, prends tes jumelles et regarde les filles qui marchent sur la plage ! »

Du côté de l’infanterie justement, que trouve-t-on dans cette task force ?

– les Steel Marines, une unité d’infanterie de rang 3 dotée de deux lance-flammes, d’un bazooka M10 et de trois perforatrices. Plus flexibles que les escouades préexistantes du même genre, ils sont capables de rendre la politesse à n’importe quelle unité terrestre adverse. Mais, ils n’ont malheureusement pas de jetpacks et ne sont donc pas prêts de détrôner les escouades d’Heavy Rangers. Ce sera surtout pour leur lance-flammes qu’ils seront recrutés, particulièrement dans les tables bien chargées en décors.

SONY DSC

« Eh regardez les mecs, j’ai trop la classe, même quand je cours !
– La ferme, Aldo ! »

– les Saints et les Mavericks, troufions de base de rang 1, ils feront le même boulot que les petits gars du NDAk, à savoir prendre et occuper des positions pour pas cher. Ils ne sont pas dotés d’armes antichars – c’est dommage – mais de charges de démolition plus utiles au contact.

SONY DSC

M47 ou fusil à pompe : chez les Marines, on aime la subtilité !

– le héros Machete Mack : débarqué du front Pacifique et pas du tout mentalement atteint par les combats…, M. Machete comme son nom l’indique se balade avec deux machettes pour découper tout ce qui lui passe sous le nez. Un zinzin made in Dust ? Pas totalement, puisqu’il semble librement inspiré de personnages réels, tel le lieutenant-colonel Jack Churchill de l’armée britannique – dit « Mad Jack » ou encore « Fighting Jack », un véritable chien de guerre qui aimait à aller au combat avec des armes blanches comme une claybeg !

Jack Churchill - 1939

1939 : Jack Churchill conduit un commando à l’entraînement, avec son épée… Le sublime frappadingue dans toute sa splendeur !

Quant à notre zinzin à nous, c’est surtout un scout qui permettra de le déployer plus rapidement lui et l’unité qu’il aura rejointe, sans compter sa capacité à franchir les terrains difficiles. Bref, il est fait pour rejoindre ses petits copains présentés ci-dessus et pour aller tailler des croupières à ses ennemis au contact.

SONY DSC

« Mais j’vous jure les mecs : avant que je le découpe, il était au moins grand comme ça !
– Mais de quoi tu parles ?
– De mon psy, pourquoi ? »

Go ! Go ! Go ! Marines !

Je suis plus convaincu par ce détachement que par celui du NDAK, même s’il souffre toujours des mêmes défauts : boîtes basiques, pas de cartes pour Dust Warfare – You know what ? I hate you ! – Mais il y a clairement moins de retouches à faire que précédemment, comme quoi ils sont réactifs chez Dust Studio : quelques remarques polies mais fermes au service après-vente sur les petits ratés notés dans le battlegroup du NDAK et on voit tout de suite l’amélioration.

Maintenant, plus qu’à attendre le dernier détachement à venir : celui du SSU avec les Spetsnaz ! Mes chouchous ! Tellement que je me tâte pour savoir si je ne vais pas en prendre deux… Même si je doute de pouvoir un jour tout jouer, sans compter ce que j’ai déjà et qui dégueule de mes boîtes. Mais que voulez-vous, on est un accumulateur ou on ne l’est pas ! 😉

Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais tour !

Salutations les aminches,

Punk is not dead et moi non plus ! Voilà 8 mois que je n’ai rien posté sur ce blog, presque la durée d’une grossesse et pourtant, je n’ai accouché de rien du tout…. Comme d’habitude, flemmardise, hibernation, divers atermoiements et mon addiction aux jeux en ligne sont à mettre au banc des accusés (Hearthstone, Diablo, je vous hais !!!) shame on me et tutti quanti. 😉

Alors quoi de neuf pour ce déterrage de blog en bonne et due forme ? Du classique mes bons amis, du classique, car c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes ! Donc, au menu du jour, un rapide passage en revue de mes derniers arrivages pour Dust Warfare et un petit rapport de bataille. Logiquement, si je me sors les doigts de là où ils sont encore coincés, je devrais pouvoir proposer d’autres choses dans les semaines à venir, du moins si la sortie de l’extension Reaper of Souls pour Diablo m’en laisse le temps ! ^_^!

Dust Warfare, ça existe encore ?

Oui, même s’il est parfois permis de douter de la chose. En effet, la transition entre FFG et Battlefront pour la distribution des deux gammes Dust Tactics et Dust Warfare a été plus compliquée que prévue. Retards à la pelle dans les sorties, communication bancale, difficulté à se projeter dans le futur, autant d’éléments qui ont abouti à une certaine inquiétude chez les joueurs, moi y compris.

Certes, avec tout ce qui existe déjà dans les trois factions, cela ne devrait pas nous emêcher de jouer. Oui, mais voilà, nous sommes aussi des acheteurs compulsifs et le fait de ne pas pouvoir accéder dans les temps annoncés aux nouveautés déclenche une frustration réelle (faudrait d’ailleurs que je me penche un jour plus sérieusement sur cette forme d’addiction à la nouveauté/consommation car symptomatique de notre société, elle parasite considérablement notre bien-être en tant que joueur).

Alors, Dust Tactics et Warfare sont-ils moribonds ? Doit-on commencer à envisager l’arrêt à court terme des deux gammes ? Non, du moins pas dans l’immédiat :
– du côté de Dust Tactics, la version 2.0 est désormais sur les rails. Livrée dans les trois starter packs, elle est déjà en partie consultable dans sa version de démarrage et devrait être bientôt disponible en version avancée plus complète.
– quant à Dust Warfare, l’extension Achilles a été gratuitement mise à disposition des joueurs en Février par Battlefront sous la forme d’un pdf (téléchargeable sur leur site) que je suis d’ailleurs en train de traduire. Des packs de cartes avec les stats des unités déjà sorties et des boîtes de marqueurs pour les différents états des unités en jeu sont attendus dans les semaines à venir.
– enfin, une convention autour des deux gammes doit se tenir dans quelques jours aux USA : c’est le Dust World Expo du 14 au 16 mars 2014. A cette occasion, Paolo Parente nous promet moult révélations sur les sorties à venir, notamment des visuels des unités des différentes factions sur le futur théâtre d’opération : l’Afrique du Nord.

On pourrait donc dire que l’on panique à tort au vu de tout cela, mais chat échaudé craint l’eau froide comme dirait l’autre et ce n’est pas la première fois que les annonces de Dust Studio ne sont pas suivies d’effet : par exemple, la boîte d’armée pour le corps expéditionnaire allemand en Afrique du Nord – NDAK dans le jeu – annoncée l’été dernier pour une sortie en décembre 2013, n’est toujours pas dans les starting blocks à l’heure où j’écris ces mots… Ce n’est certes pas bien grave, mais cela n’est pas bon pour la confiance entre un éditeur et ses joueurs. Rajoutez à cela les problèmes de distribution, prévisibles pendant la période de transition entre les deux distributeurs, mais sans doute sous-estimés par Dust Studio ; ainsi que la rumeur persistante au sujet de Dust Warfare – rappelons-le, ce n’est pas le bébé de Dust Studio mais de FFG – et de sa possible fusion avec le système de Dust Tactics, chose qui ne serait pas sans fâcher les joueurs des deux gammes ! ^_^

Donc wait and see, mais il vaut mieux que Dust Studio et Battlefront évitent de se craquer cette année, au risque sinon de perdre le gros de leur commuanuté et de planter leur jeu.

Heureusement, il y a Find…. euh les figs !

La qualité des figs, c’est ce qui sauve Dust Studio et fait que les joueurs grognent, ronchonnent et rongent certes leur frein, mais n’ont pas encore claqué la porte (quoique certains l’aient déjà fait à mon plus grand regret…Restez les gars, on a besoin de vous !!!). Et les dernières sorties, même reportées maintes fois, confirment le savoir-faire de Dust Studio, particulièrement en version premium. Il est clair que plus ça va, plus la peinture des figurines premium s’améliore. Je vous l’avais certes déjà fait remarqué, mais cela continue à s’accentuer et je suis franchement bluffé par certaines d’entre elles.

Au registre des arrivées récentes dans mes armées, les Sturmaffe : des gorilles sous amphé, équipés de marteau-piqueurs dédiés à l’ouverture des plus gros blindés et de flammfaust taillés pour faire mal à tout ce qui passe ! On aime ou on n’aime pas le choix des couleurs pour le leader en blanc, mais ils n’en restent pas moins superbes pour des figurines pré-peintes.

Dust Warfare - Sturmaffe Axis

« Les gorilles, vous les aimiez déjà à mains nues ?
Vous les adorerez au marteau-piqueur ! »

Et que dire des Steel Guards pour le SSU ? Des vétérans grièvement blessé au combat, qui en redemandent et à qui on a répondu positivement en leur fournissant des exo-armures qui ne laisseraient pas de marbre le plus vénérable des dreadnoughts 😉 Extrêmement résistants – ce sont les premières unités d’infanterie R4 non-héroïques du jeu – ce sont des monstres au look franchement excellent. Bon, il est clair que Paolo n’a pas fait que lorgner sur les anciennes Kolossus en Red Block d’AT-43 ^_^, mais le niveau et la qualité des détails sont bien plus convaincants que leurs vénérables ancêtres.

Dust Warfare - Steel Guards  SSU

Photo de famille des Steel Guards : à gauche les snipers, au centre l’escouade de commandement, à droite les bourrins d’assaut !
Vi,je sais, c’est pas le genre de famille qu’on aime avoir pour voisins ! ^_^

Dans mes derniers arrivages également, les deux premiers R5 alliés, le Six Shooters et le Bulldog. J’avoue que je n’étais pas franchement emballé par leur design au début et ils ne seront jamais mes véhicules préférés de la gamme : leur design clairement inspiré des chiens de race Bulldog comme Spike (si, si, vous vous souvenez, le gros chien qui fait toujours des misère à Tom dans les classiques de la Warner) est assez osé, original, mais trop carré à mon goût. Toutefois, là encore, entre les photos et la réalité, il y a une différence : leur forme rectangulaire passe nettement mieux irl et l’on s’y habitue finalement assez bien. Sans compter sur leur intérêt en jeu : je pense donc qu’ils seront à terme de toutes mes parties en Alliés 😉

Dust Warfare - R5 Alliés - R5 Allies

Spike en double exemplaire ? Mieux vaut les laisser finir lorsqu’ils on décidé de se soulager sur la jambe de ton pantalon ! ^_^

Enfin, cerise sur le gâteau : Snow Linx, le blindé personnel de Miss Sigrid von Thaler sur le théâtre d’opération de Zverograd. C’est certes la troisième version de ce blindé – basé sur un châssis de Jagdluther – mais sa mise en scène dans ce modèle spécial est tout simplement magnifique. Seule ombre au tableau, le visage de Sigrid elle-même, qui n’est pas très convaincant, ses traits n’ayant plus grand chose à voir avec les premières versions de cette héroïne emblématique de l’Axe. Quant à son efficacité en jeu, rien à redire : c’est un tueur de tank et il excelle en la matière.

Dust Warfare - Snow Linx Axis

« Hé, Sigrid ! Pourquoi t’as une sale tête ?
– Maul zu ! Je ne suis pas du matin, c’est tout ! »

Dust Warfare - Snow Linx no scene Axis

Comme d’habitude, dans leur version élite, le blindé et la figurine sont aimantés et détachables du socle. L’occasion d’admirer la sale tête de Miss von Thaler de plus près 😉

Et ce rapport de bataille ? Ca arrive ?

Oui, monsieur ! Le voilà monsieur ! Sur un plateau monsieur !

Alors, avec l’ami Ranga, nous avons livré bataille en Axe vs Alliés avec 555 points de chaque côté. C’était l’occasion pour moi de tester les dernières nouveautés apportées par l’extension Achilles :
– les nouveaux schémas de sections blindées, ce qui nous a permis d’aligner pas mal de véhicules (6 pour moi en Alliés et 5 pour Ranga en Axe)
– quelques unes des dernières unités présentées dans l’extension, dont le R5 Six Shooter côté Alliés

Je vous mets les listes d’armée ci-dessous, uniquement à titre indicatif car elles sont tout sauf optimisées, elles sont avant tout conçues pour le fun et pour aligner du blindé ! A noter, on a joué lourd des deux côtés, avec très peu d’infanterie standard, essentiellement des exo-armures R3.

Axis (555/555)

– Héros :
Hauptman Klaus von Richthofen (28)

– Section blindée (275)
Amélioration : Lightning War (10)
Commandement de section : Generalmajor Sigrid von Thaler (30 – Héros)
1ère Section : MPW II-B « Ludwig » (40)
2ème Section : MPW II-B « Ludwig » (40)
3ème Section : Jagdluther « Snowlinx » (55)
4ème Section : MPW III-A « Wotan » (55 avec amélioration)
Support : Horten Ho-357 Fledermaus VII « Der Blitz » (50)

– Section lourde (165)
Amélioration : Lightning War (10)
Commandement de section : Heavy Kommandotrupp (35)
1ère Section : Heavy Flak Grenadiers (26)
2ème Section : Heavy Laser Grenadiers (35)
+ High Visibility Lasers (2)
3ème Section : Heavy Recon Grenadiers (30)
4ème Section : Laser-Jagdgrenadiere (25)
+ High Visibility Lasers (2)

– Section spéciale – Gorilles (88)
Commandement de section : (24 – Héros)
1ère Section: « Sturmaffe » Blutkreuz Korps Kampfaffen Pionere Squad (40)
2ème Section: Axis Gorillas (24)

Alliés ( 555/ 555 )

– Section blindée (313)
Amélioration : Air Drop (5)
Commandement de section : « The Boss » Ranger Command Squad (25)
1ère Section : MCW M2-C « Pounder » (40)
2ème Section : MCW M3-D « Cobra » (35)
3ème Section : HDW M5-A « The Six Shooter » (60)
4ème Section : HAW M6-A « Punisher » (100)
Support : P-48C « Bellowing Bertie » (45)
Support : « 13 Foxtrot » Observer Team (8)

Section d’élite (182)
Commandement de section : Rhino (22 – Héros)
1ère Section : « The Hammers » Heavy Ranger Assault Squad (28)
2ème Section : « Grim Reapers » Heavy Ranger Attack Squad (30)
3ème Section : « Grim Reapers » Heavy Ranger Attack Squad (30)
4ème Section : « Tank Busters » Heavy Ranger Tank Hunter Squad (35)
Support : « Leathernecks » USMC Heavy Mortar Team (17)
Support : LAW M1-A « Wildfire » (20)

Section spéciale – British Paratroops (56)
Command Section: Action Jackson (24 – Héros)
1ère Section: « Red Devils » British Paratroops (32)

Deux listes à peu près équilibrées sur le papier : pas mal de lasers du côté de l’Axe, des phasers du côté des Alliés ; deux aéronefs, dont un piloté par le surpuissant Richtofen ; un blindé R7 côté Allié, pas du côté de l’Axe, mais compensé par le tueur de tank absolu qu’est le Jagdluther.

Côté scénar, on ne s’est pas beaucoup embêté, rien à voir avec les scénarii ciselés de l’ami Kieffer 😉 Pour nous, trois objectifs symbolisés par des conteneurs du Red Block, les deux blancs latéraux rapportant un point de domination, le central deux points.

SONY DSC

« Quoi ? On va se battre pour de simples conteneurs ? Sont pas un peu cons à l’état major ?
– Pas n’importe quels conteneurs petit, des conteneurs collectors Red Block de chez Rackham ! Ca c’est du lourd, petit ! »

Le premier tour a été d’une létalité extrême : comme on n’avait pas joué depuis quelques semaines, on avait oublié combien l’espérance de vie des véhicules pouvait parfois s’avérer courte à Dust Warfare ! Et au petit jeu du duel en fond de cour, les Schleus restent les maîtres absolus : mon Pounder vole en éclat en une salve du Jagdluther, mon R7 Punisher se fait rétamer la moitié de sa DC par le Der Blitz de Richtofen ! Autant dire, que côté Alliés, on sert les dents et les fesses, en voyant notre puissance de feu dégringoler aussi rapidement ! Il faut dire que Ranga a joué comme un bourrin en avançant tous ses tueurs de tank et son chasseur-bombardier. Cela lui a d’ailleurs coûté très cher, puisque mes unités AA se déchaînent sur Richtofen qui s’en va lui aussi mordre la poussière au tour 1.

SONY DSC

« Ach, voir la Mayenne et puis mourir ! »
Klaus von Richtofen, dernières paroles

Dopé par cette belle réussite, je me lance également en mode bourrin, voulant répondre à la bergère de la plus belle manière qui soit ! Hélas, tous mes tirs échouent lamentablement : même à 7 dés en tir appuyé sur Snow Linx, c’est à peine si je lui raye la peinture…. Surtout que dans le même temps, l’ami Ranga fait des jets monstrueux, tant en jet d’armure qu’en réaction. Mon Diving Dotie, inspiré par la fureur de Richtofen, décide de partir lui aussi bille en tête et se fait cueillir comme une fleur par la réaction des Heavy Recon de Ranga : 9 dés lancés, 8 réussites, 1 avion qui s’en va chercher les pissenlits, plutôt du côté de la racine 😉

SONY DSC

« Géronimooooo! »
Pete « Pas d’bol » Thompson, collectionneur de pissenlits de père en fils

Le deuxième tour prend la même tournure que le premier, même si l’on joue tous deux plus prudemment ! Assaisonné par le Wotan et par le Jagdluther, mon pauvre Punisher vole en éclats façon puzzle sans avoir fait un frag !! 100 points d’armée qui ont pissé dans un violon en une messe funèbre du plus bel effet ! Et chaque fois que je le joue, c’est pareil ! Snif ! Faut-il que j’aime la figurine pour vouloir encore le déployer sur un champ de bataille !

Au vu de l’effondrement drastique de mon potentiel offensif, je me décide à déployer mes renforts et profite de l’avancement des lignes de Rang pour droper mes Red devils et mon Cobra dans sa zone de déploiement. Sont pas solides, mais bardés de phasers qui interdisent tout jet d’armure, ils risquent de faire mal ! J’avance également mon Six Shooter, moins dans l’idée de faire du kill, que de servir d’appât aux tueurs de tank de l’Axe afin de permettre à l’une de mes deux unités de phasers de survivre. Dans le même temps, mes Hammers avec Rhino à leur tête foncent sur le Wotan pour le fixer et essayer de l’ouvrir à coups de poings.

SONY DSC

Bourriner ou mourir, les Alliés ont choisi les deux ! Ils bourrinent et l’Axe va décéder !

La fin du tour 2 est donc tendue : Ranga contrôle l’objectif central et conteste les deux latéraux, sa puissance de feu potentielle est quasi intacte. Quant à moi, j’ai joué mon va-tout en essayant de le déborder : ça passe ou ça casse, il n’y aura pas de deuxième chance.

Et c’est passé, le tour 3 va voir l’Axe stagner ! Disposant de l’initiative, je fais feu avec le Cobra sur le Snow Linx et lui enlève la moitié de ses pv : pas transcendant, mais toujours ça de pris pour une unité envoyée en kamikaze. Mes Hammers dépècent le Wotan. Quant à mes Red Devils, ils s’attaquent au Ludwig du flanc droit qui recule en réaction les laissant tirer dans le vide ! Petite canaille de Ranga ! ^_^

De son côté, il se rend compte de la faiblesse intrinsèque des blindés de l’Axe : monstres de puissance, ils n’ont cependant pas leurs armes montées en tourelle et doivent donc pivoter sur eux-mêmes pour aligner les cibles planquées dans leur angle mort, perdant donc l’occasion de tir appuyé. Et le dieu du Fumble, après s’être acharné sur moi au début, s’intéresse désormais à l’ami Ranga qui foire quasiment tous ses jets : j’admire son fair play, car à sa place, il y a longtemps que les dés se seraient envolés par la fenêtre ! Mon Cobra a survécu, je ne m’y attendais même pas, l’ayant quand même envoyé en opération suicide face au Snow Linx. Il va pouvoir tirer une seconde fois au tour suivant et ne va pas louper Miss Sigrid.

Le tour 4 voit l’Axe s’effondrer tandis que les espoirs de Ranga s’envolent. Mes Hammers débarrassés du Wotan, s’en vont fixer Sigrid au cas où. Mais le Cobra la dézingue et ils peuvent repartir à l’assaut d’un autre blindé, le Ludwig du flanc droit en l’occurence.

SONY DSC

« Et hop, une death from above !
– Euh non chef, ça c’est à Mechwarrior !
– Shut up et saute petit ! »

Celui-ci cerné, décide de passer sur les Hammers et de les piétiner. Ranga rate complètement son jet, le dieu du Fumble s’acharnant sur lui. Son Ludwig est cueilli à froid par le Six Shooter qui s’est avancé, tandis que mes Red Devils fusillent à bout portant les équipes de laser de Ranga : aucun jet d’armure, c’est une exécution en bonne et due forme.

SONY DSC

« Sarah Connor ?
– Euh non, c’est en face…. »

Le tour 5 clôt la partie prévue en 6 : l’objectif central tenu jusqu’alors par Markus et les Sturmaffe est repris par une marée de R3 alliées soutenues par le Six Shooter. Un deuxième Ludwig rentré en renfort à la fin du tour 4 sur le flanc gauche descend le Cobra, mais cela ne peut plus rien changer à la tournure des événements. L’Axe tient un objectif latéral, mais a perdu l’autre et le central : victoire alliée à 3 points de domination.

SONY DSC

«  »Euh chef, maintenant qu’on les tient les fameux conteneurs collectors, qu’est-ce qu’on va en faire ?
– Eh bien alors, tu ne connais pas ebay, petit gars ? »

Au final, que retenir de cette partie ?
– que les blindés allemands bien que surpuissants en fond de cour, restent franchement handicapés par leurs flancs en cas de débordement
– que les phasers sont toujours aussi mortels et qu’il ne faut pas hésiter à en abuser : la prochaine fois, je teste le Bulldog, un phaser lourd monté sur un châssis de R5, j’en salive d’avance !
– que le Six Shooter est une unité intéressante mais que ses 30 pouces de portée n’en font pas un blindé de fond de cour, c’est vraiment une unité d’assaut
– que les Alliés peuvent faire un boulot tellement énorme avec leur infanterie R3 que je me demande pourquoi je m’obstine à recruter des gros blindés ! Ah si je sais, parce que j’aime ça, même si je n’ai jamais de bol avec ! 😉
– que les sections blindées c’est bien, parce que l’on peut mettre encore plus de marcheurs, même si au final, c’est toujours l’infanterie qui termine le boulot ! A noter toutefois qu’on a tous deux terminé la partie avec un blindé, ce qui n’est pas si fréquent que cela ^_^